16/03/2005

Coin poésie - déposez-vos poésies ici

Toi la colombe
Toi qui est symbole de paix et liberté
Crois-tu que tu devrais exister
Tu es le non respect pour certains pays
Qui hélas avec leurs armes
Le sang coule à flots
Les enfants sont les proies des adultes
Est-on né sur terre pour s'entretuer ?
Peut être t'appeler la colombe de la honte
Honte à ceux qui font la guerre
Honte à ceux qui s'en prennent aux plus faibles
Ferme tes yeux colombe
Ne te laisse pas salir
Tes ailes sont si blanches
Le monde devrait te respecter
Même la nature ne devrait pas te détruire
Car tu respire l'air de la liberté
Vole colombe là ou personne
Ne peut te détruire
Et apporte la paix qui est ton symbole
 
Auteur : Liberté

16:59 Écrit par Libert | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

action... réaction... ... honte à ceux qui les commandent... à ceux qui les créé... à ceux qui restent derrière un bureau... pas à ceux qui sont sur le terrain et qui risquent leur vie... de part et d'autre...
pourquoi autant de rancune dans tes mots?
regrettes tu ce que tu es devenu aujourd'hui... ne te précipite pas pour répondre... réfléchis bien..

Écrit par : Perce Neige | 07/05/2005

reponse a perce neige oups mon texte n'est que ce qui est reel dans la vie regarde la television et vois les erreurs qu'il y a. je n'ai pas de rancune je suis rancunière que quand on me touche moi libre a toi de penser ce que tu veux moi j'ai mes mots bisou

Écrit par : Liberté | 22/05/2005

c'est sublime ma belle ce texte est si vrai, troublant, merci pour tes mots, je comprends très bien crois-moi.

Écrit par : Angïe | 01/09/2005

c'est sublime ma belle ce texte est si vrai, troublant, merci pour tes mots, je comprends très bien crois-moi.

Écrit par : Angïe | 01/09/2005

Lumière passagère Une lumière jaillit parfois
Elle est la quant on ne l'attends pas
Elle semble à chaque fois me dire quelquechose
Mais je ne bouge pas
Et reste la sans voix
Comme victime d'overdose.
Est-ce toi mon père qui me parle de la-haut
Je frissonne, me renferme et me souvient
De moments passés ,pas des meilleurs.
Mais nous nous sommes pardonnés,
toi un peu plus
J'ai le sentiment que tu le fais encore aujourd'hui.
A travers l'espace temps entre la mort et la vie
Je suis grand , comme tu sais
Je suis papa, comme tu vois
En suis-je un bon? , parfois j'en doute,
Je cherche toujours à faire mieux
A ne pas t'imiter, ne pas te ressembler,
Mais je me rends vite compte,
La perfection n'existe pas!
Malgré nos déchirements,
Malgré cette famille nombreuse
Je suis le seul qui t'a accompagné
de l'autre coté...
Je me souviens de ce mot que tu m'as dis
Avant de partir en espagnol
Tierra Tierra comme une dernière envie
Ce fut tes dernières paroles
Merci d'etre encore près de moi!

PS: Merci à Liberty! c'est tout!

Écrit par : unformatrix | 26/11/2006

bonsoir
merci pour les filtres et surtout quel régal ces jolies poésies
j'en fait quelques unes mais je n'ose pas les installer sur center , j'ai essayé sur Ekla mais l'informatique et moi on est copain que pour quelques instants
d'ailleurs je me demande si les gens les lise....
enfin c'est une autre histoire
Le métier de parent est très difficile c'est le plus joli métier, certes peu lucratif, mais tant de bonheurs et de malheurs en résultent et c'est à la fin de la vie que l'on se dit
"mais c'est comme cela qu'il eut fallut faire"...mais le temps ne peut se reculer
Bonne nuit
excusez moi d'être entrer sans frapper
Béatrice

Écrit par : Clerc | 23/12/2013

Il y a longtemps que je n avais pas eu tant de plaisir avec un article de ce niveau ! ! !

Écrit par : parie sportif | 27/05/2014

Exceptionnel n'est pas le mots correcte pour classer votre blog, nous parie que vous avez encore du potentiel à apporter sur ce blogging, en tout cas, il vous remercie pour toutes ces partages.

Écrit par : pronostic france honduras | 15/06/2014

Les commentaires sont fermés.